Écrivain sans frontières

Affiche
Quelles sont les frontières que l’écrivain cherche à affronter et comment y parvient-il? Comment la frontière imprègne-t-elle le travail de l’écrivain?
Extrait de l'appel à communications

La 4e édition du colloque estudiantin de l'ADELFIES s'est tenue à l'Université McGill les 26 et 27 janvier 2012.

Programme :

Appel à communications :

L’écrivain, par son travail, est constamment confronté aux frontières du monde dans lequel il vit. Il peut s’agir des frontières nationales, qui déterminent son identité et son appartenance; des frontières linguistiques, qui lui donnent un lectorat précis; des frontières entre les genres, masculin ou féminin, ou entre les différents genres littéraires, qui influencent forcément son art; ou alors de la frontière entre la fiction et la réalité, avec laquelle il jongle constamment. Peu importent les frontières qui l’entourent, l’écrivain ne peut faire abstraction de ces lignes tracées visant à séparer les différentes catégories et à les garder divisées. Néanmoins, par refus d’être contenu et limité par celles-ci, il peut choisir de les contourner, de les traverser et même de les détruire. Quelles sont les frontières que l’écrivain cherche à affronter et comment y parvient-il? Comment la frontière imprègne-t-elle le travail de l’écrivain?

 

C’est dans le cadre de cette réflexion générale sur le thème de l’écrivain et de la frontière que s’inscrit le quatrième colloque estudiantin de l’Université McGill, lequel se tiendra les 26 et 27 janvier 2012. Cet événement s’adresse aux étudiants des cycles supérieurs en littérature et en traduction. Il entend permettre aux jeunes chercheurs de présenter l’état d’avancement de leurs recherches, de discuter de leurs travaux avec leurs pairs et d’assister à des conférences d’honneur. Les présentations, d’une durée maximale de vingt minutes (environ 2500 mots ou dix pages à double interligne), doivent être en français. Nous souhaitons particulièrement recevoir des propositions recoupant les pistes de réflexion suivantes :

 

Frontières nationales : défense et revendication d’identités hors nation, littératures migrantes et mineures

Frontières linguistiques : jeux de langues, plurilinguisme, rôle de la traduction

Frontières entre les identités sexuelles : littératures féministes et queer, rejet du patriarcat littéraire, écrivains optant pour un pseudonyme ou un narrateur de sexe opposé

Frontières entre les genres littéraires : hybridité et redéfinition des genres (la fiction-théorie, par exemple)

Frontières entre la fiction et la réalité : autofiction, relation entre les écrits médiatiques ou critiques et la fiction d’un même auteur